Représentations d'enfances vécues aux Caraïbes : anamnèse des commencements d'une existence dans le "chaos-monde". <i>Une enfance créole</i> de Patrick Chamoiseau, <i>L'Odeur du café</i> de Dany Laferrière et <i>Tu, c'est l'enfance</i> de Daniel Maximin - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Représentations d'enfances vécues aux Caraïbes : anamnèse des commencements d'une existence dans le "chaos-monde". Une enfance créole de Patrick Chamoiseau, L'Odeur du café de Dany Laferrière et Tu, c'est l'enfance de Daniel Maximin

Abstract

Les œuvres qui sont au centre de notre mémoire sont les suivantes : Tu, c'est l'enfance de Daniel Maximin [2004], L'Odeur du café de Dany Laferrière [1991], et Antan d'enfance de Patrick Chamoiseau [1990]. Entre le "je" présent et le "tu" ou le "il" passé qui désigne l'"enfant" que ces auteurs ne sont plus, transparaissent des paysages, des lieux, des odeurs qui décrivent "un monde". Il faudra se poser la question des limites de l'enfance, du sens à donner à l'écriture d'un récit dédié à l'enfance : de nombreux colloques ont été menés sur le terme de "récit d'enfance", questionnant la possibilité d'un genre à part entière. Cependant, peu d'articles ont été écrits sur les récits d'enfance "antillais" c'est-à-dire écrits par des auteurs ayant passé leur enfance aux Antilles. Nous verrons comment nos auteurs représentent leur retour à l'enfance par l'écriture et quelles stratégies narratives ils mettent en œuvre. Ce retour désiré d'un vécu révolu s'exprime par la redécouverte des temps et des espaces de l'enfance : d'une "existence" rassurante plus ou moins idéalisée et condensée, dessinant en contrepoint l'espace de l'oubli et l'instabilité du monde. Nos auteurs investissent leurs enfances et esquissent la manière dont se créent les collectifs, dont se tissent les liens entre les hommes, désignant ainsi l'espace du livre et de l'imaginaire comme rêve éveillé du monde humain. Plusieurs paradoxes se dessinent, entre la condensation de la mémoire, la tentation de retrouver une "essence" de l'enfance et la reconstruction des espaces de rencontre et de créolisation ; entre le cycle du retour, du passé à retrouver, du regret, et la projection d'un monde "meilleur" encore à trouver et de comme-uns imprévisibles à chercher ; entre un temps suspendu-retrouvé et la désignation de ce temps comme fiction-impossibilité. Retrouver l'enfance, c'est quitter la position de "stabilité" qui amène l'adulte à se contenter de stéréotypes, retrouver la sensation du divers et de l'informe. Il s'agit de briser la carapace de l'adulte et de retrouver le tremblement et les hésitations du langage, d'une mimesis qui ne se veut pas définition du monde, mais expression de sensations multiples.
Fichier principal
Vignette du fichier
MARTIN_Laure_M2_RECH_2012_DUM.pdf (1.49 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

dumas-00742600 , version 1 (16-10-2012)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00742600 , version 1

Cite

Laure Martin. Représentations d'enfances vécues aux Caraïbes : anamnèse des commencements d'une existence dans le "chaos-monde". Une enfance créole de Patrick Chamoiseau, L'Odeur du café de Dany Laferrière et Tu, c'est l'enfance de Daniel Maximin. Littératures. 2012. ⟨dumas-00742600⟩
231 View
1259 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More