Regarder le mouvement des Mères de la Place de Mai, en Argentine : une dynamique de représentation par la médiation du corps : à travers l’étude des <i>Lettres à une disparue</i>, de Véronique Massenot (1998) et d’une situation d’enquête menée par l’anthropologue et artiste Alice Verstraeten (2003-2013) - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Regarder le mouvement des Mères de la Place de Mai, en Argentine : une dynamique de représentation par la médiation du corps : à travers l’étude des Lettres à une disparue, de Véronique Massenot (1998) et d’une situation d’enquête menée par l’anthropologue et artiste Alice Verstraeten (2003-2013)

Abstract

Ce mémoire étudie la « lamentation » qui se vit au cœur du mouvement des « Mères de la Place de Mai », en Argentine. La lamentation est définie comme une dynamique de représentation et de regards portés sur l’épreuve et la lutte des Mères de la Place de Mai. Par le fil conducteur du regard, ce travail montre comment chaque mère est amenée, au cours de sa lutte, individuellement ou collectivement, à se donner à voir et à être regardée, mais aussi à se regarder dans l’autre.
Ce mémoire s’appuie sur l’analyse de deux pratiques de représentation, pour comprendre quel type de regard elles construisent sur les Mères. L’anthropologue, auteure et illustratrice Alice Verstraeten, a rencontré les Mères au cœur de sa recherche universitaire, menée depuis 2003 sur la disparition forcée en Argentine. Quant à Véronique Massenot, auteure des Lettres à une disparue, elle fait le choix de la fiction épistolaire pour partager à des enfants l’expérience intime d’une mère à la recherche de sa fille et petite-fille disparue. Par la mobilisation de pratiques esthétiques figuratives, leurs auteures tentent de comprendre, d’exprimer et de transmettre l’expérience de la disparition forcée.
Dans le premier chapitre, nous analysons la naissance et l’originalité anthropologique d’un rituel politique féminin, mené au nom de disparus dans l’espace public. Les Mères luttent contre la disparition forcée, par la médiation de leur présence physique sur la Place et par l’exhibition d’objets qui sont autant de traces des personnes disparues et invisibles. Par leur présence constante dans l’espace public, leurs corps féminins sont exposés continuellement aux jugements de ceux qui les regardent, puis les représentent. Nous exprimons comment ces regards sont souvent « filtrés » par des catégories opposées : pathos ou logos, espace privé ou espace public, héroïne ou victime, mère en deuil ou en refus de deuil. Face à ces regards, les Mères mettent en place des discours et des représentations plurielles- notamment dans leurs sites internet-, pour justifier leur lutte, construisant peu à peu une/des figure(s) de la Mère/des Mères de la Place de Mai.
Dans un deuxième chapitre, nous nous intéressons au déplacement du regard effectué par l’écrivaine dans les Lettres à une disparue, et par l’anthropologue dans son enquête aux côtés des Mères. Nous voyons qu’elles partagent l’expérience intime des Mères à l’encontre de la disparition. Elles reproduisent ce double mouvement d’enquête sur les traces des disparus et d’exhibition de ces traces. Elles le retranscrivent par l’écriture, mais le vivent aussi, sensiblement et activement. Elles constituent des médiations dans le sens d’un échange de regards de confiance mais aussi de compassion, d’un temps passé à exprimer au mieux et à transmettre à tous une lutte pour la mémoire d’un crime contre l’humanité.
Dans notre dernier chapitre, nous étudions en quoi ces pratiques établissent et mettent en scène le lien unissant chaque mère (éprouvant une douleur intime) à un collectif (vu comme un « corps » social). En tant que partages d’expériences sensibles, elles relient chaque mère aux siens disparus, mais aussi à l’ensemble du « corps social » dont font partie les auteures/lecteurs/spectateurs. Elles engagent des acteurs de la représentation dans une chaine de compréhension, d’incarnation et de transmission de la lutte contre la disparition forcée.
Fichier principal
Vignette du fichier
DOUILLET Alix_DUMAS.pdf (4.33 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02569335 , version 1 (11-05-2020)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02569335 , version 1

Cite

Alix Douillet. Regarder le mouvement des Mères de la Place de Mai, en Argentine : une dynamique de représentation par la médiation du corps : à travers l’étude des Lettres à une disparue, de Véronique Massenot (1998) et d’une situation d’enquête menée par l’anthropologue et artiste Alice Verstraeten (2003-2013). Sciences de l'information et de la communication. 2019. ⟨dumas-02569335⟩
69 View
616 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More