« La pitié, passion vitieuse aux Stoïques » : étude de la pitié dans les <i>Essais</i> de Montaigne - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2017

« La pitié, passion vitieuse aux Stoïques » : étude de la pitié dans les Essais de Montaigne

Abstract

En apparence, le concept de pitié n’a aucune place particulière dans Les Essais. Absent des titres des chapitres, il surgit pourtant fréquemment au détour d’une narration. Sa place est donc persistante. La pitié tient même la première place dans le chapitre I du tome I « Par divers moyens on arrive à pareille fin ». Cette situation privilégiée au seuil de l’œuvre indique son importance et peut engendrer un parcours de lecture des Essais. La première partie s’attache à définir le concept de pitié et à clarifier son évolution. Le relevé des occurrences et des passages pathétiques souligne la présence récurrente de la pitié dans toute l’œuvre quelque soit sa date de rédaction. Un regard est porté sur les apports théoriques de la rhétorique antique car cet héritage de l’éducation humaniste montre que les effets stylistiques sont bien conscients chez Montaigne. La deuxième partie démontre qu’il fait de la pitié une « école de la prudence ». Ce noble de date récente prône les valeurs nobiliaires guerrières et utilise la pitié à des fins rhétoriques pour conseiller les rois et dénoncer les injustices de son temps : il révèle le scandale du sort des vaincus, des criminels, des hérétiques, des Amérindiens et des Réformés. Il refuse d’en être complice et l’exprime en mots et en actes. La troisième partie fait entendre une voix plus intime où la sensibilité particulière de Montaigne s’exprime en une empathie universelle pour les groupes considérés comme les plus faibles au XVIe siècle : les femmes, les paysans, les agonisants, les enfants et les animaux. Cette plongée dans la misère des uns dénonce la misère des autres, leur pauvreté de cœur. Ainsi, Montaigne montre qu’il déteste la cruauté tapie dans chaque homme car il estime qu’il est dénaturé. Enfin, il se regarde sans complaisance et utilise la pitié pour évoquer les défauts de sa personnalité tout en revendiquant le droit d’exprimer sa souffrance.
Fichier principal
Vignette du fichier
M2 Etude de la pitié dans les Essais de Montaigne de Claire Chabasse-Rouchon anonyme.pdf (2.41 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-02879317 , version 1 (23-06-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02879317 , version 1

Cite

Claire Chabasse-Rouchon. « La pitié, passion vitieuse aux Stoïques » : étude de la pitié dans les Essais de Montaigne. Littératures. 2017. ⟨dumas-02879317⟩
84 View
508 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More