Mesure des résidus en peroxyde d'hydrogène après stérilisation basse température : existe-t-il un risque? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Mesure des résidus en peroxyde d'hydrogène après stérilisation basse température : existe-t-il un risque?

Abstract

La stérilisation basse température utilisant le peroxyde d’hydrogène vaporisé est une méthode de plus en plus répandue au sein des hôpitaux. Le peroxyde d’hydrogène, largement utilisé dans de nombreux domaines, présente une toxicité notamment pour des concentrations élevées. La valeur limite d’exposition professionnelle est fixée à 1 ppm sur 8 heures. Actuellement, peu de données sont disponibles quant à l’exposition en routine dans le cadre de la stérilisation.
A la suite de retours d’agents de stérilisation rapportant une gêne olfactive et des irritations du nez et de la gorge lors du déchargement du stérilisateur basse température disponible, nous avons souhaité évaluer le risque potentiel de cette méthode et s’assurer de l’innocuité de celle-ci en mesurant à l’aide d’un détecteur portatif les résidus d’H2O2 retrouvés dans différentes situations à la fin d’un cycle de stérilisation.
Cette étude expérimentale et indépendante, a porté sur la mesure des résidus de peroxyde d’hydrogène après stérilisation basse température par les stérilisateurs V-Pro 1+ et V-Pro-Max (STERIS©) afin d’évaluer le risque pour les agents de stérilisation, les utilisateurs des dispositifs médicaux stérilisés et les patients.
Les résultats obtenus montrent qu’en pratique, l’exposition des personnels de stérilisation, du bloc opératoire et des patients au peroxyde d’hydrogène est faible et que le risque de survenue d’une toxicité après l’utilisation de dispositifs médicaux stérilisés par cette méthode est peu probable.
La diversité des mesures réalisées (dans l’atmosphère de travail, à la surface et au sein des emballages de stérilisation ainsi qu’au niveau des dispositifs médicaux) vient compléter des données déjà connues et en apporte de nouvelles tout en ouvrant à de nouvelles perspectives.
Il convient toutefois d’encourager l’installation des stérilisateurs dans des pièces correctement ventilées et de porter des gants lors de la manipulation des emballages et des dispositifs médicaux. De plus, le risque pour les patients mérite d’être mieux évalué, par exemple en mesurant la capacité de rétention du peroxyde d’hydrogène par les dispositifs médicaux destinés à être en contact direct et prolongé avec les patients.
Fichier principal
Vignette du fichier
RANJIT Nina.pdf (3.43 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03212968 , version 1 (30-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03212968 , version 1

Cite

Nina Ranjit. Mesure des résidus en peroxyde d'hydrogène après stérilisation basse température : existe-t-il un risque?. Sciences pharmaceutiques. 2020. ⟨dumas-03212968⟩
75 View
1149 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More